Créer une bande dessinée de A jusqu’à Z

Créer une bande dessinée. Oui mais comment ?

Comment créer une bande dessinée a certainement été une question que je me suis posé enfant, jusqu’au beau jour où je suis tombé sur le livre qui allait devenir une référence, LA bible de mes jeunes années : L’Art de la BD — T.1 — du scénario à la réalisation.

Créer une bande dessinée | L'Art de la BD
Créer une bande dessinée | Astérix

Le dessin

Je dessinais tout le temps. Mes crayons avaient plus de possibilités que la baguette magique d’un jeune sorcier. Mon imaginaire prenait forme sur une simple feuille de papier, tout un univers naissait à la pointe de mes crayons. Oui, j’adorais dessiner.

Mais pour être tout à fait honnête, ce qui me plaisait par dessus tout, c’était le fait de pouvoir raconter des histoires. Le dessin est un langage, je me le suis approprié, et m’y suis jeté à corps perdu.

Néanmoins, très vite j’ai senti mes limites. Je voulais en savoir davantage. Connaitre les techniques des professionnels, les trucs et astuces des personnes dont c’était le métier. Je n’aimais pas me sentir limité. Je voulais avoir la parfaite maitrise de mes outils, le total contrôle de mes idées.

Créer une bande dessinée | Le crayonné
Créer une bande dessinée | Composition des images

L’Art de la BD

L’Art n’évoquait encore pas grand chose pour moi, mais associer le mot Art à BD me faisait facilement comprendre que le livre prenait la chose au sérieux.

La couverture me faisait rêver. La diversité du matériel, les planches négligemment répandues sur la table à dessin, cette main qui mettait en couleur un futur album d’Iznogoud, tout cela suffisait à attiser ma curiosité.

Je parvenais donc à me procurer l’ouvrage. Traduction, mes parents décidaient de me le payer.

J’imagine que j’ai commencé par tourner les pages sans trop m’attarder sur le texte, juste pour savourer les images. Crayonnés, encrages, extraits de différents albums de BD, etc …

Créer une bande dessinée | Le scénario
Créer une bande dessinée | Ecrire un scénario

Apprendre le langage du dessin

Puis je suis passé à la lecture.

A la question « comment créer une bande dessinée », tout y est parfaitement passé en revu, détaillé, expliqué.

Des quelques lignes du synopsis à la rédaction laborieuse du scénario.

De la création des personnages, on y détaille les différents types de héros ou héroïnes. On y évoque l’importance du faire-valoir.

Le découpage écrit est suivi du découpage dessiné. On insiste sur l’importance de la documentation et des croquis préparatoires.

Avant d’aborder enfin, la création graphique des personnages, qui existent par leurs expressions et attitudes.

Pour la première fois je découvre la perspective et les lignes de fuite.

Le lettrage, le crayonné, suivi par l’encrage.

Les différents types de traits. Le trait pur, le trait avec à-plats noirs, etc…

Le livre fourmille d’informations.

L'Art de la BD | La composition
L'Art de la BD | Le découpage des planches

L’Art de la mise en scène

Mais ce que ce livre m’a surtout appris, et qui dépasse largement la création d’une bande dessinée, ce sont les principes même de la mise en scène.

Cet apprentissage se fait plus généralement via une école, à la simple lecture des cahiers du cinéma, et de livres spécialisés. Pour moi ça aura été en parcourant les pages de l’Art de la BD.

Pour la première fois on m’explique ce qu’est un plan large, un plan moyen, un plan rapproché. je découvre ce qu’est une vue en plongée, une vue en contre-plongée. Pourquoi utiliser l’une plutôt que l’autre. Ce que ces choix insinuent. J’y saisis la subtilité des ellipses, comment on suggère les choses sans pour autant tout montrer. Comment on raccorde les différentes séquences pour que ce soit fluide et compréhensible. J’apprends ce qu’est un champ-contre-champ, et bien d’autres choses encore.

Je me souviens très bien qu’après ces révélations, je ne regardais plus du tout un film de la même façon. Je comprenais mieux comment la narration fonctionnait. Tout était devenu plus limpide.

L'Art de la BD | Le matériel du dessinateur
L'Art de la BD | La technique du dessin

En rédigeant cet article j’ai eu soudain l’envie d’envoyer un mail à l’auteur. Lui dire simplement merci, et lui rappeler combien ce livre avait compté pour moi.

Je tapote sur Google. Bernard Ducourant (DUC) est mort en 1995.

Je ne savais rien de lui ni de son travail, mais je sais ce qu’il m’a apporté.
Même si les deux volumes trônent toujours fièrement dans ma bibliothèque, je ne les avais pas ouverts depuis de longues années. Je n’en ai plus besoin aujourd’hui. Ils font partis de moi. Ils m’ont façonné, structuré.

@oxolaterre