Comment devenir illustrateur freelance ?

Devenir illustrateur freelance, deux choix à envisager.

Comment devenir illustrateur freelance est une question bien légitime quand on souhaite faire de sa passion pour le dessin son futur métier.

Aujourd’hui, Google et plus largement Internet, vous permettent de trouver à peu près toutes les réponses que vous vous posez. Pourtant, il n’est pas toujours facile de faire le tri dans cet amoncellement d’informations. Néanmoins, dans vos toutes premières démarches, je vois se profiler deux options :

  • Suivre une formation dans une école d’Art.
  • Envisager un parcours en autodidacte.
Devenir Illustrateur | Un vrai métier
Devenir illustrateur | Trouver son style
  • Option 1 — Etudiant en école d’Art :

Tu es un as du dessin. Tu dessines tout le temps, tout le monde dans ton entourage te le répète, « WAAA C’EST TROOOP BIEN ! C’est pas normal pareille injustice! »

Il parait que tu as un don ! Papi, mamie, ta soeur, ta cousine, ton meilleur pote, tout le monde te le dit !
Sauf machin qui t’informe que le petit nouveau de la 5e B est bien meilleur que toi. Après vérification, le nouveau est bidon, hors-jeu. Tu ne seras pas détrôné cette année. Profite !

Bref, tu finis par convaincre tes parents que tu ne veux faire que ça. Le dessin c’est ton truc, c’est ta vie ! Tu les supplies comme un appel à l’aide. Tu fais mieux que la bouteille à la mer, tu avales le S.O.S et tu te jettes toi-même à l’eau. Tu surjoues la séquence émotion.

De toute façon, il faut bien admettre une chose et faire le constat navrant, à la vue de tes notes, tu ne seras jamais Cédric Villani.

Arrive enfin la rentrée de septembre. Pour la première fois de ta vie, tu es heureux de franchir les grilles d’une école. À ton bras, une éNORme pochette à dessins qui te donne une démarche un peu particulière, comme affublé d’un léger handicap. Pas grave, toi tu trouves que ça te donne déjà un côté artiste torturé. La classe, quoi.

Et puis vient le moment où tout le monde sort son dossier de vacances. Soudain les aiguilles de la pendule se figent. Le temps est comme suspendu. Tu as la mâchoire qui percute le sol comme dans un dessin animé de Tex Avery. Tes yeux meurtris fixent le boulot magistral de tes futurs camarades — que tu serais à deux doigts de détester avant même d’avoir fait leur connaissance. Tu te croyais doué, tu découvres que tu es une sous-merde sans talent ni avenir.

Rassure toi, ça passera. Mais le choc est brutal. Tu réalises que tu vas devoir bosser dur, que tes années d’apprentissage ne seront pas toujours des périodes de détente, et encore moins des vacances. Le dessin est certes une passion, mais demande beaucoup de travail et de persévérance.

Même si tu reviens parfois lessivé de tes 8 heures de nu au fusain, tout cela n’est finalement pas très grave. Car tu es entouré de gens passionnés qui partagent les mêmes centres d’intérêt, qui sont capables de s’enthousiasmer pour un graphiste ou un illustrateur, et qui ont des larmes aux yeux en évoquant un film ou un réalisateur. Je sais, les artistes sont particulièrement émotifs.

Alors oui, tu ressens un peu de la pression. Non seulement tu ne veux pas décevoir tes parents, mais tu veux aussi épater tes potes. Normal, c’est aussi comme ça qu’on progresse. La compétition fait avancer.

Et puis, enfin, tes années de dur labeur sont terminées !
La belle affaire, tu n’en es qu’au début de l’aventure !

Devenir illustrateur freelance | Un métier
Statut illustrateur | Freelance
  • Option 2 — Autodidacte :

Tu adores le dessin. Tu passes ton temps à remplir des feuilles de papier. Mais dans ton entourage on ne prend pas ta passion au sérieux. Tes parents ont d’autres projets en tête. Tu feras des études qui mèneront plus tard, bien plus tard, à un vrai métier. Car tel est ton destin. Un peu comme dans Star Wars, mais en plus naze.

Heureusement, tu as un mental d’acier. Tu décides de te former tout seul. Tu vas entreprendre ce long chemin en autodidacte. Rien ni personne ne pourra stopper ta progression ni ta volonté de devenir illustrateur.

Tu te soumets à une discipline stricte. Tu t’imposes de façon régulière des séances de croquis pour dompter ta main encore hésitante et affiner ton trait. Tu visionnes des tutos sur YouTube et parcours des forums pour y trouver la somme d’information dont tu as besoin.

Tu t’interroges sur le statut de freelance. AGESSA ? Maison des Artistes ? Quel est le meilleur choix ? Tu scrutes l’avis de chacun.

Tu es parfois envahi par le doute. Tu ne progresses pas aussi vite que tu le souhaiterais. Tu trouves le travail des autres tellement supérieur au tien.
Mais tu veux que je te dise ? C’est vrai, tu ne seras jamais le meilleur dessinateur du monde. Mais c’était quoi ton but premier ? Être Léonard de Vinci ?

Ce qui importe c’est de développer ton propre style, de proposer ton propre univers. Bien sûr, tu regardes ce que font les autres, mais jamais tu ne cherches à copier ni à t’emparer d’un esthétisme qui n’est pas le tien. Tu vaux bien mieux que ça.
Exprime ta singularité !

Tu ne connais personne dans le milieu artistique, encore moins dans celui de l’illustration. Tu te sens isolé. Il y a des jours où tu as envie de tout abandonner.
Etre seul et sans soutien peut facilement conduire à l’échec. Il va te falloir te rapprocher des gens dont c’est déjà le métier. Le monde de l’illustration ce n’est quand même pas Hollywood. Il ne s’agit pas ici d’aller demander conseil à Tom Cruise.
Essaie de sympathiser avec des gens qui partagent la même passion que toi. Echanger avec des personnes qui te comprennent est essentiel.

Provoque les connexions, et ne boude pas les réseaux sociaux. Lance-toi et publie tes créations en ligne. Ne fuis pas les commentaires. Sois solide. Apprend à faire la part des choses et ne garde en tête que les analyses constructives.

Des personnes se manifestent enfin ! On te félicite pour ton travail. Tu as tes premiers fans. Ca y est, tu es prêt ! Les galères peuvent commencer. C’est chouette !

Devenir illustrateur | Un choix de carrière
Dessinateur | Travailler avec les bons outils

ENFIN FREELANCE !

Devenir freelance c’est faire le choix d’un parcours non balisé. Parmi les illustrateurs que je connais, il n’y a jamais eu de chemin tout tracé. Ma carrière ne ressemble pas à celle de mes collègues. Pourtant nous exerçons bien le même métier.

Certains illustrateurs auront plus de facilité à imposer leurs images que d’autres. Car parfois plus doués, plus débrouillards, ou tout simplement plus chanceux.

Mais aussi parce que leur univers graphique correspondra davantage à la demande du client et à la tendance du moment. C’est quelque chose qui me semble difficile à maitriser, voir impossible à contrôler. A moins de s’accrocher et de réagir au moindre phénomène de mode. J’en connais qui y arrivent très bien.

A toi de faire les bons choix ! Ceux qui te sembleront le plus en phase avec ce que tu es profondément.

@oxolaterre