After Effects animation

After effects animation pour YOYO et Pathé Carré de Soie

Voici une animation réalisée sur After Effects pour l’agence Long Island, YOYO et Pathé Carré de Soie.

Il s’agit ici de sensibiliser le spectateur des salles de cinéma de l’importance du recyclage des bouteilles en plastique.
Le but de cette animation est d’éduquer le spectateur pour qu’il ait le bon réflexe, celui de jeter sa bouteille après chaque séance.
Si l’opération est concluante, elle sera étendue dans les autres cinémas Pathé de l’agglomération Lyonnaise.

Motion Designer

Pour la première fois, je n’ai pas géré l’aspect graphique. Les images vectorielles ont été développé en interne par l’agence.
Ca ne m’a aucunement posé un problème de conscience :)
Je sais faire la part des choses entre mon travail d’illustrateur et celui plus centré sur le Motion Design.

After effects Animation | Motion Design

Je suis parti de ce storyboard, fourni par l’agence et validé par le client.

Animation After Effects | Storyboard
Storyboard | Animation 2D
Motion Design | Le storyboard
Motion | Découpage du film
Storyboard | Découpage
Animation cinéma Pathé | Carré de Soie

La première chose que j’ai commencé à faire c’est d’en réaliser une version animée. Ca rassure le client, et moi ça me donne suffisamment d’indications pour envisager sereinement les étapes suivantes.
La première difficulté qui m’apparaissait était de trouver le bon raccord entre les différents plans, pour un minimum de cuts, en privilégiant l’idée de plan séquence.

Animer sur After Effects

After Effects Animation | CC 2018

L’agence m’a envoyé le fichier Illustrator de chaque élément composant la séquence animée. J’allais pouvoir enfin animer ? Non, pas encore. Avant de basculer sur After Effects, il a fallu reprendre l’organisation des calques des images vectorielles. Et privilégier un format plus proche du 1920 x 1080. C’est une étape fastidieuse, qui peut facilement prendre plusieurs heures. Mais c’est essentiel. C’est seulement après que je passe à l’importation des éléments, isolés sur autant de calques nécessaires.

After Effects Animation | Les calques

Sur After Effects je me retrouve très rapidement avec des dizaines et des dizaines de calques. Il faut pouvoir s’y retrouver, et donc être plutôt bien organisé.

After Effects | Logiciel d'animation

J’adore After Effects. Ce logiciel offre tellement de possibilités que c’est à chaque fois un plaisir de travailler dessus. Pourtant il n’est pas rare de s’embourber dans des étapes complexes, où il n’est pas toujours facile de s’en extirper. Mais ça fait sûrement aussi parti du plaisir d’animer.

Montage sur Final Cut Pro X

J’importe l’animation sur Final Cut Pro. Le logiciel permet plus de liberté pour le travail du sound design. Comme le client n’a pas eu le budget nécessaire pour y placer une bande sonore digne de ce nom, il a fallu se rattraper sur les bruitages. Trouver le bon son n’a pas toujours été facile. Il a fallu aller piocher sur les différents sites spécialisés, éplucher leur catalogue, écouter les différentes pistes, faire une sélection, télécharger le fichier qui semblait convenir, l’importer, puis le coller à la scène pour vérifier que ça colle à l’image. Et si ce n’était pas concluant, recommencer.

Montage | Final Cut Pro X

Format DCP

La création d’un fichier au format DCP n’a pas été la partie la plus facile à exécuter. Sans doute aussi parce que c’était la première fois qu’on me demandait de gérer cette étape.
Un DCP est en réalité composé de plusieurs fichiers, images, sons, et autres informations numériques destinés au lecteur DCP d’une salle de projection.

Pour cette animation qui à la base tournait en 25 images/secondes, pour une durée de 76 secondes, l’ordinateur doit exporter 25 X 76 images au format tiff, soit 1900 tiff placés dans un dossier. Il a fallu aussi switcher sur un format scope de 2048 x 858. Comme il était à ce stade impossible de réorganiser le cadre, on s’est contenté d’y placer des bandes noires sur les côté. Envisager le scope, c’est un peu comme tourner un film en 4/3 et soudain réclamer un cadrage à la Sergio Leone. C’est un autre monde !

Le DCP fonctionnait dans les différentes salles. Malheureusement, c’était saccadé dans la salle IMAX (rien que ça !), il a donc fallu basculer en 24 images/seconde.

Je ne me suis pas encore rendu au cinéma pour voir l’animation sur grand écran, mais le projectionniste qui est aujourd’hui davantage un technicien, a filmé avec son smartphone l’écran, pour que je puisse vérifier et valider. Ma crainte était que ça bouffe de l’image au niveau de la hauteur.

Bref, au final, tout cela fonctionne.
Bien que ça ne soit pas le travail pour lequel je suis le plus fier (Parce que ce ne sont pas mes images, que le budget ne permettait pas d’y consacrer davantage de temps), la satisfaction qui en ressort est que je suis capable aujourd’hui de gérer un projet d’animation de A à Z. Ce qui était impensable il y a seulement 10 ans.
J’ai par le passé rédigé la bible d’un projet d’animation, écrit synopsis et dialogues, mis en place le découpage de séquences, dessiné des storyboards. Je peux désormais animer, monter, ajouter du son (musique bruitage et voix-off) et fournir un rendu professionnel sous la forme d’un fichier DCP. En gros, gérer toute la chaine de fabrication ! Et ça c’est plutôt agréable !

DCP | Exploitation cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *