Portfolio Illustration et dessin

Mon métier d’illustrateur dans le dessin publicitaire, la presse et l’édition

Avant de pouvoir exercer le métier d’illustrateur je dois admettre qu’il m’a fallu quelques années d’apprentissage, et de beaucoup de persévérance.
Des premiers coloriages d’enfant aux illustrations pour l’édition, la presse et la publicité, j’ai dû user bien des crayons. Un métier s’acquière avec le temps et beaucoup de pratique.

De l’enfance à une activité d’adulte

La petite histoire commence certainement par l’intérêt que je portais au dessin alors que je n’étais encore qu’un enfant.

Quand on aime dessiner, tenir un crayon dans la main c’est un peu comme avoir entre ses doigts la baguette magique d’Harry Poter, tout devient possible.

Naissance d'un illustrateur
Naissance d’un illustrateur

Et l’avantage de la jeunesse, c’est cette liberté de créer sans se mettre inutilement la pression.

Ce qui devient beaucoup plus compliqué par la suite, quand on est pourtant censé avoir un meilleur niveau en dessin.
Nos hésitations, notre soudain manque de confiance, nous empêchent de retrouver la spontanéité de nos jeunes années.

Retrouver de la fraicheur et une liberté dans son trait n’est pas chose aisée.

Le dessin comme hobby

Alors que beaucoup vont rencapuchonner leurs crayons, je vais quand à moi continuer à remplir mes cahiers. A cette époque je m’inspire de ce qui m’entoure, le plus souvent des bandes dessinées, comme celles de Gaston Lagaffe, Astérix ou Tintin.

Je veux bien faire mon mea-culpa, j’ai parfois copié !

Progressivement je vais m’intéresser à la technique, observer attentivement les crayonnés de mes dessinateurs préférés, ce qui va conduire tout naturellement à une certaine frustration : Je commence à prendre conscience de mes lacunes. Alors que je viens de formuler tout récemment le désir de devenir dessinateur de bandes dessinées.

C’est ballot !

Je veux faire de la bande dessinée !

Moi inconscient

Apprendre les bases du métier d’illustrateur à l’Ecole Emile Cohl

Après avoir supplié mes parents que je voulais faire de la BD, j’ai eu la chance d’intégrer l’école Emile Cohl où je vais tout simplement apprendre les bases de mon futur métier. En commençant par l’apprentissage du dessin de manière très académique. C’est loin d’être toujours une partie de plaisir, mais il faut en passer par là pour suffisamment être à l’aise et avoir par la suite la prétention de proposer un style, un univers personnel.

A cette époque, l’école a pour principale vocation de former au métier d’illustrateur, et plus spécifiquement dans le domaine de l’édition jeunesse et de la bande dessinée.

Dans un premier temps, je ne ferai ni l’un, ni l’autre.

Dessin de nu
Dessin de nu
Ecole d'illustrateur
Une joyeuse équipe
Etudiant de l'école Emile Cohl
Etudiant en école d’Art
Croquis rapide
Croquis rapide
Dessin de portrait
Portrait
Apprendre le métier d'illustrateur
Etude documentaire
Nu en peinture
Nu

Premier métier, Infographiste chez Area Multimédia

Tout juste diplômé, ce n’est pas le métier d’illustrateur que je vais exercer, mais celui d’infographiste. En créant des logos, en retouchant des photos et en réalisant des bannières animées, je vais me familiariser avec les logiciels de création du moment, Flash, Photoshop et Illustrator.

Charte graphique
Charte graphique de site web
Logo
Logo
Infographie
Le loup en France

Je fais l’acquisition de mon premier Mac, et c’est pour le journal Le Progrès que je vais le temps d’un été dessiner sur Illustrator des cartes et des itinéraires routiers. L’horreur absolu ! Le journaliste dont je dépends n’a aucune idée du travail que ça représente pour moi chaque jour. Et le graphiste que je suis censé remplacer a bien fait exprès de ne pas laisser à ma disposition son catalogue de pictos. Je suis donc à chaque fois obligé de tout me retaper. Heureusement, c’est sur cette partie-là du travail que je vais le plus m’éclater.
Néanmoins, je ne suis pas mécontent quand mon contrat touche à sa fin.

Freelance et affilié à la Maison des Artistes

Tout en continuant mon activité de salarié, j’ai commencé à entreprendre les différentes démarches qui mènent au statut de Freelance. Mes premiers boulots, je les ai fait en dépendant de l’URSSAF, puis, suivant les conseils d’un directeur artistique qui me conseillait la Maison des Artistes, c’est auprès de cet organisme que j’ai fait ma demande d’affiliation.

Logo URSSAF et Maison des Artistes

Le fait d’obtenir le statut d’illustrateur indépendant permet d’être en règle avec ses clients, et donc de travailler plus sereinement, ce qui n’est pas rien. Mais ça permet aussi d’éprouver ce sentiment très agréable, celui d’exercer enfin de manière plus professionnel le métier d’illustrateur !

Profession illustrateur pour Le Journal de Carrefour

J’ai réellement appris mon métier d’illustrateur en travaillant chaque mois pour Le Journal de Carrefour qui a été pour moi une très bonne école. Il fallait être inspiré, réactif, en ne gardant que l’essentiel du texte que l’on m’envoyait. Mais surtout être drôle tout en collant parfaitement au sujet.

Métier Illustrateur de presse interne
Le Journal de Carrefour
Illustrateur pour Carrefour
Illustrer pour Carrefour
Illustrateur de communication interne
« Mascotte » pour Carrefour

Une passion pour le dessin vectoriel

Avec désormais une bonne maitrise d’Illustrator, je développe en parallèle un style graphique qui me convient mieux. A force de pratiquer, devenu familier du logiciel Illustrator, je réalise mes images en dessin vectoriel.

Je privilégie alors des formes simples en n’encombrant pas mes images de détails inutiles. La sobriété avant tout. Mes images sont colorée et dynamiques. Mon portfolio prend forme.

Métier illustrateur de dessin vectoriel
Illustration Vectorielle
Dessin vectoriel
Dessin vectoriel
Picto rockeur
Picto vectoriel
Métier illustrateur
Dessin vectoriel
Illustrateur Journaux internes
Pour Journal Interne Orange

Comment je trouve un agent

Après avoir placé quelques illustrations pour mes premiers clients, je gagne en confiance et donc en maturité. Mais je gagne surtout une certaine crédibilité aux yeux des professionnels.
Mon travail finit par intéresser un premier agent. Puis, plus tard, un autre.
Etre encadré va me permettre de me consacrer uniquement à ce que j’aime faire, c’est à dire dessiner.
A l’agent de démarcher, d’établir des devis, de réclamer les factures impayées et de gérer les différents problèmes de droits.

Ma carrière est lancée, avec la fierté d’exercer le métier d’illustrateur.

Illustrateur pour la publicité

Je commence donc à travailler pour diverses campagnes de publicité.
Mon style simple et graphique correspond alors à une tendance, et colle parfaitement à la demande des agences de communication.
Parmi les campagnes les plus marquantes je citerai les spots TV des magasins Super U, ainsi que la mascotte des distributeurs de billets pour la BNP.

Mascotte distributeur BNP
Distributeur BNP
Pub Système U

Dessinateur de bandes dessinées

C’est au hasard des commandes que j’ai retrouvé la bande dessinée.
En effet, il faut savoir que la BD est couramment utilisé dans la communication, le plus souvent dans les journaux internes des entreprises.
Et ce n’est pas pour me déplaire !

illustrateur de BD
Bande dessinée

Mes illustrations s’animent

Le grand plaisir aujourd’hui est de pouvoir animer ses images, et d’avoir la capacité de gérer totalement la partie Motion Design depuis son ordinateur.

J’ai apprécié collaborer sur certains projets comme celui des tuiles Eternit, ou pour YOYO et le cinéma Pathé. Ou encore mes récentes collaborations avec l’agence Corporate Fiction pour animer des vignettes de bandes dessinées.

L’animation est vraiment la partie de mon activité que je souhaite davantage développer dans les prochaines années.

Mon métier d’illustrateur évolue

Et puis, c’est alors que je me croyais enchainé à tout jamais au logiciel Illustrator, j’ai fini par ressentir le besoin de décrocher de l’ordinateur. J’ai repris les crayons et les pinceaux, débouché les tubes de peintures, et retrouvé le plaisir du dessin sans avoir constamment une souris à la main.

Je n’avais jamais totalement abandonné le dessin traditionnel puisque c’est ainsi que je réalisais mes roughs, pour ensuite les scanner et les envoyer enfin au client.

Mais malgré cela, se trouver un style, une écriture qui me soit propre n’a pas été quelque chose de facile.

Et finalement, le seul moyen d’y arriver, c’est de dessiner. Beaucoup dessiner. La main fini par se détendre, le trait se libère, et ça commence à devenir bien plus intéressant.

Matériel de dessin
Matériel d’illustrateur
Illustration techniques traditionnelles
Technique traditionnelle

L’étape suivante a été la découverte du iPad Pro et du dessin avec l’application Procreate.

Toutes ces étapes sont devenus complémentaires les unes aux autres. J’aime pouvoir jongler avec toute cette nouvelle game d’outils, et changer quand bon me semble de supports. Je veux pouvoir commencer un dessin sur iPad et le terminer sur le iMac.

L’essentiel étant de pouvoir mettre en image l’idée que je souhaite voir exister.

Métier illustrateur
Illustrateur sur iPad
Dessiner sur iPad
Dessiner sur iPad

C’est avec ces habitudes de travail que je me sens aujourd’hui parfaitement à l’aise. Elles facilitent et rendent agréable ce métier d’illustrateur qui au fil des années a considérablement évolué !